Catégories
Paru ailleurs

Tournez manège !

Lors du dernier salon Patrimonia, je me suis demandé dans un atelier si l’affaire H2O AM sonnait le glas pour le gérant-star. Pour conclure qu’il y aurait toujours des gérants-stars, parce que c’est bien pratique pour de nombreux acteurs tournant sur le manège de la gestion.

La nouvelle star de la gestion active aux Etats-Unis, c’est Cathie Wood. 40 ans dans le métier, dont quelques années à diriger la gestion thématique d’AllianceBernstein, avant qu’elle ne soit à la mode.

Wood a créé ARK Invest en 2014. La devise de cette société de gestion ? « Nous investissons exclusivement dans l’innovation disruptive » : la prochaine génération de l’internet, la génomique, la robotique, la Fintech, la mobilité en tant que service.

Wood a choisi de lancer ses stratégies thématiques dans le format ETF. En effet, si l’ETF est l’enveloppe reine pour la gestion indicielle, il est tout à fait possible de l’utiliser pour faire de la gestion active.

ARK Invest a ainsi pu court-circuiter les réseaux de distribution traditionnels, avec lesquels il faut négocier des accords de rétrocessions et auxquels il faut payer des frais de « partenariats » pour apparaître en tête de gondole. Avec l’ETF, pas d’encombrants et coûteux intermédiaires.

Forte présence sur les réseaux sociaux, partage de la recherche, tous les éléments étaient en place pour bousculer les codes de communication antédiluviens de la gestion active traditionnelle.

Il manquait un élément au puzzle pour que le narratif soit complet : faire une prédiction en apparence insensée qui finit par se réaliser.

Cette prédiction, Wood la fit en février 2018, quand elle déclara sur la chaîne CNBC que le cours de Tesla (valeur qu’elle avait achetée pour la première fois fin octobre 2014) grimperait jusqu’à 4000 dollars dans les 5 ans. Soit une hausse de 1100% par rapport au cours du moment.

L’action Tesla ayant été divisée par 5 en 2020, l’objectif de cours de Wood ajusté était donc de 800 dollars.

Bingo ! Tesla a enregistré en 2020 une hausse de… 745%, clôturant l’année à 705,67 dollars. Au fur et à mesure de la hausse de l’action l’an dernier, le culte de Cathie Wood prenait des proportions mythologiques. Le 8 janvier 2021, le cours de Tesla a dépassé pour la première fois 800 dollars.

L’ETF phare d’ARK Invest, ARK innovation ETF, avait fin 2019 des encours de 1,85 milliard de dollars. Sa performance 2020 ? +152%. Ses encours fin 2020 ? 18 milliards de dollars. Sa collecte nette en 2020 ? 9,5 milliards de dollars.

Collecte de tous les ETF d’ARK en 2020 ? 20,5 milliards de dollars.

Et comme la fortune ne sourit qu’aux audacieux et que le coup de la prédiction a marché une fois, pourquoi ne pas recommencer ? Un des analystes d’ARK a ainsi déclaré début janvier que sous certaines conditions, le cours du bitcoin pourrait s’apprécier de 75000 dollars1.

Et comme Elon Musk veut aller sur Mars, Wood a annoncé le prochain lancement d’un ETF pour s’exposer à la thématique de l’exploration spatiale. Grimpez dans la fusée !

via GIFER

Pendant ce temps, Michael Hasenstab, qui fut longtemps une des stars planétaires de la gestion obligataire chez Franklin Templeton, n’en finit pas d’enchaîner les paris désastreux. Le fonds Templeton Global Return, dont les encours avaient dépassé 70 milliards de dollars en 2014, a terminé 2020 à 15 milliards, après une décollecte de 10,5 milliards de dollars.

Pendant ce temps, Neil Woodford, le « Warren Buffett d’Oxford », a mis la clé sous la porte de sa société de gestion, emportée par son amour des actions illiquides.

Pendant ce temps, Bruno Crastes, le « George Soros français », cherche à sortir du guêpier des obligations illiquides émises par des sociétés contrôlées par Lars Windhorst et inconsidérément achetées dans des véhicules à valorisation et à liquidité quotidiennes.

L’histoire se répète, rien n’est jamais différent, le manège de la gestion tourne, les gérants stars changent : certains sont éjectés, d’autres les remplacent et montent sur les petits chevaux.

Tournez manège !

Cette chronique est parue initialement dans le numéro de février 2021 de Gestion de Fortune, sans les illustrations ni les liens.

Illustration : Le Manège Enchanté – © Maxppp – Nathalie Bourreau

  1. Et comme 75 000 dollars, ça ne fait rêver personne, une nouvelle prédiction a été faite dans le rapport Big Ideas 2021 : 400 000 dollars si les sociétés du S&P 500 plaçaient 10% de leur trésorerie en bitcoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.