3 Comments

  1. sven337

    Choix des ETF : l’indice d’abord, jusque là ça va.
    Pour le reste, je ne peux pas être d’accord, il y a des critères plus importants que ceux indiqués dans l’ordre de l’article.

    L’investisseur particulier devrait d’abord s’intéresser à l’éligibilité PEA. Si ça implique une réplication synthétique, tant pis, c’est le prix à payer de l’avantage fiscal. (Bon, ça tout le monde n’est pas d’accord.)
    Ensuite il faut regarder les frais de gestion. Je trouve incroyable que ça ne soit pas listé en n°2 !
    La place de cotation n’est pas un détail. Quel intérêt d’aller souscrire un ETF coté en Allemagne quand la plupart des courtiers français facturent des frais de courtage délirants sur ces places ?
    Pour moi synthétique vs. physique n’est pas le critère numéro 2. Je ne trouve pas que cet article de Morningstar soit très bon…

  2. sscholler

    Philippe, merci encore pour cette semaine Twitter. Concernant Afer et la précision « ce qui, par rapport au marché demeure très compétitif. » => comprendre, même après augmentation de 35 points de base, les frais de gestion des UC Afer (de gestion active et à destination de la clientèle retail) sont toujours dans les moins cher du marché.

  3. Boudoin

    Mon cher Philippe,
    Merci pour ce joli texte, toujours aussi instructif et bien écrit!
    Oui, le sujet de la liquidité est au coeur des problématiques actuellement. Mais rien de neuf sous le soleil réellement? MMM un travail approfondi sur certains éléments du dossier H2O m’amènent à d’autres conclusions! on en parle si tu veux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.