Catégories
Semaine Twitter

Ma Semaine Twitter #48

Fin de semaine à Scottsdale dans le désert d’Arizona avec des collègues  du monde entier, ça change du froid de la fin d’automne à Paris, quoiqu’il ne fasse pas très chaud non plus quand la nuit tombe à Scottsdale. Bienvenue dans ma Semaine Twitter 48, pleine de piquant(s).

Le monde entier est un cactus

Surtout le désert. Voilà à quoi il ressemble en Arizona.

C’était la minute exotique. Retour aux choses ennuyeuses sérieuses.

Rapport de la FCA : peut mieux faire

J’ai déjà mentionné le rapport de la FCA, l’homologue de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) au Royaume-Uni, sur le secteur de la gestion d’actifs.

Ce rapport est très critique sur la performance de la gestion active, sur l’absence de concurrence en matière de frais et sur les consultants, incapables de sélectionner des gérants actifs surperformants (j’y reviendrai en détail prochainement).

Ce rapport a suscité de très, très nombreuses réactions au Royaume-Uni, dont celle du magazine The Economist.

Champion du libéralisme économique, ce magazine n’est pas suspect de gauchisme. Et pourtant il doute que les mesures suggérées par la FCA (à savoir, entre autres, d’imposer aux sociétés de gestion d’agir dans l’intérêt des investisseurs) soient suffisantes pour stimuler la concurrence tarifaire. The Economist va jusqu’à écrire que la FCA devrait agiter un plus gros bâton (« the FCA should wield a bigger stick »).

Si un chantre du libéralisme suggère des mesures autoritaires de la part du régulateur pour imposer une concurrence tarifaire dans la gestion active (et donc faire baisser les prix), c’est sans doute qu’il n’y a effectivement pas de concurrence dans ce secteur, au détriment des clients. Les libéraux aiment la concurrence.

La gestion passive vue par Matt Levine

Dans sa lettre d’information quotidienne, Matt Levine revient régulièrement sur le débat gestion active/gestion passive.

Lisez ce qu’il en écrit en cliquant sur le lien dans le tweet ci-dessus. J’ai extrait de son post une description stylisée de la gestion passive qui me semble très pertinente : peu d’action, peu de personnalité, peu de frais, peu d’excitation. C’est bon pour les investisseurs sur longue durée, mais c’est fade car il n’y a pas d’histoire à raconter.

De nombreux investisseurs (de nombreux êtres humains en général) aiment les histoires. La gestion active permet d’en raconter ( par exemple « comment-j’ai-gagné-50%-en-deux-semaines-en-m’exposant-à-certaines-valeurs-pétrolières-juste-avant-l’accord-de-l’OPEP-pour-limiter-la-production, que-j’avais-anticipé-et-dont-je-savais-qu’il-ferait-remonter-les-cours-du-pétrole, donc-ceux-des-valeurs-pétrolières »). Pas la gestion passive (en tout cas pas les mêmes).

Pour les histoires, je lis des romans ou regarde des films. En matière d’investissement, je m’intéresse aux données avant d’écouter les histoires.

Emergents, comme vous avez grandi

BlackRock publie régulièrement des contributions de ses gérants sur son son blog. Si je ne suis pas un grand admirateur de tout ce qui concerne le market timing (encore des histoires agréables à raconter), j’ai été intéressé par un post récent sur le chemin parcouru par les marchés actions dits émergents depuis la création de l’indice MSCI Emerging Markets en 1988.

Qui se rappelait (ou savait) que la Malaisie était la principale pondération dans l’indice en 1988, représentant près de 30% de la capitalisation boursières des marchés retenus par MSCI ? Aujourd’hui, c’est la Chine qui pèse plus de 26%.

Aujourd’hui, l’indice MSCI Emerging Markets représente 11% de la capitalisation boursière totale. Ce pourcentage constitue un bon point de départ pour déterminer l’allocation aux marchés émergents dans votre portefeuille. Il serait dommage de ne pas y être exposé (j’y reviendrai également prochainement) en permanence.

Transparence

CFA Institute a récemment interrogé ses membres sur le problème des intérêts parfois non alignés entre les gestionnaires de fortune et leurs clients, en demandant quels étaient les facteurs susceptibles d’améliorer la confiance dans le secteur de la gestion de fortune.

C’est la transparence pour 37% des répondants, juste devant une communication plus efficace (35%). Transparence sur la rémunération, transparence sur le process de gestion.

Comme le disent les Anglais et les Etats-Uniens, la lumière du soleil est le meilleur des désinfectants (« sunlight is the best disinfectant’).

Les actions, c’est risqué 

Les investisseurs ayant une forte aversion au risque ne manquent pas de raisons pour ne jamais avoir d’actions en portefeuille. Dorsey, Wright & Associates, un conseiller financier états-unien, a fait la liste des « bonnes » raisons (lire « mauvaises ») de ne pas l’avoir fait depuis 1950.

 

Il y en a plus de 50 ans, ce sont tous les événements (géopolitiques, économiques) ayant marqué notre conscience mais pas empêché l’économie de croître considérablement, croissance reflétée par la hausse phénoménale des marchés boursiers.

N’achetez pas la performance passée !

Wealthfront est un des acteurs historiques parmi les robo-advisors aux Etats-Unis. La société a récemment étudié les comportements de ses clients en matière de versements.

 

Wealthfront a divisé sa clientèle en 3 segments : les contrariants (« contrarian » dans le graphique ci-dessus), qui ont tendance à faire des versements après une baisse des marchés ; les indépendants (« independent »), dont le timing des versements ne dépend pas de l’évolution récente des marchés ; et enfin les suiveurs de tendance (« momentum »), qui ont tendance à faire des versements après une hausse des marchés. 

Wealthfront compare ensuite, pour chacune des 3 populations, la performance réelle des investisseurs, tenant compte du timing des versements (le taux de rendement interne du portefeuille, dans le jargon financier anglophone « money-weighted return »), à celle de l’allocation d’actifs de leur portefeuille (« time-weighted return »).

Sans surprise, les suiveurs de tendance détruisent de la performance par le timing de leurs versements (14 points de base, soit 0,14%, de performance en moins par rapport à leur allocation d’actifs). Les contrariants font mieux (27 points de base), et les indépendants atteignent la même performance (les 7 points de base en plus n’étant pas statistiquement significatifs). La performance positive des contrariants est due au fait que des hausses ont succédé rapidement aux baisses, ce qui n’est pas forcément le cas tout le temps.

Wealthfront réitère son conseil aux investisseurs, qui est de faire des versements réguliers, quelle que soit la situation des marchés.

Plaidoyer pour la bonne gestion active

Dodge & Cox est un gérant d’actifs états-unien créé en 1930. Indépendante, la société gère une gamme resserrée de 6 fonds (actions, obligations et mixtes). Elle a publié en octobre un livre blanc sur la gestion active. Comme les lecteurs de ce blog le savent, je traque les trop rares prises de parole sensées de gérants actifs quand ils défendent de façon rationnelle l’approche active. 

Dodge & Cox identifie 4 caractéristiques liées à la gestion de portefeuille : une part active élevée (à savoir une composition du portefeuille éloignée de celle de son indice) ; des frais bas (eh oui, certains gérants actifs reconnaissent que des frais en moins, c’est autant de performance en plus pour le client) ; une faible rotation du portefeuille (en d’autres termes, une durée de détention des titres longue, ce qui réduit en outre les frais de transaction, qui viennent en déduction de la performance) ; une gestion du risque (par opposition à la gestion indicielle, qui est obligée de détenir toutes les valeurs composant l’indice, là où la gestion active peut ne pas s’exposer à certains titres).

Et 2 caractéristiques liées à la culture d’entreprise : spécialisation (utiliser peu de stratégies, mais les maîtriser parfaitement)  et alignement d’intérêts avec les clients (quand les gérants investissent dans leur(s) propre(s) fonds).

Pour Dodge & Cox, il est possible d’identifier ces caractéristiques avant d’investir. Sans doute aux Etats-Unis, mais comme je l’ai déjà écrit ici, il est extrêmement rare en Europe que les sociétés de gestion communiquent sur l’investissement des gérants dans leurs propres fonds, et la part active n’est quasiment jamais mentionnée dans les rapports mensuels.

C’était ma Semaine Twitter 48. A la semaine prochaine.

N’hésitez pas à suivre le compte Twitter d’Alpha Beta Blog (en français). Et le compte sur lequel je tweete en anglais.

J’ai écrit cette semaine sur le manque criant de femmes parmi les gérants de fonds dans le monde entier, mon post est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.