5 Comments

  1. Alain

    Bonjour Philippe,

    Excellent article, comme d’habitude.

    Je réagis à l’étude CFA. Je me suis amusé à comparer la performance de leur fonds small cap qui suit l’indice propriétaire, aux ETF Vanguard small, small growth, et small value. Sur une période de détention assez longue (i.e. 10 ans), la surperformance potentielle d’un etf small factoriel sur un autre me paraît peu significative, et surtout, cela me parait plus compliqué qu’autre chose pour un investisseur individuel de savoir sur quel(s) facteur(s) investir, à quel moment rebalancer, sans parler du fait que la plupart des ETF factoriels intéressants ne soient pas UCITS donc difficilement accessibles depuis MiFID II.

    En dehors de l’intérêt intellectuel de la recherche, je me pose la question de sa mise en application pour un investisseur individuel européen. Concrètement, comme le facteur small n’a jamais existé, y a-t-il à votre avis un intérêt à tilter un portefeuille dans cette direction ?

    • Philippe Maupas, CFA

      Merci Alain. Tout dépend de la façon dont vous définissez les small caps. Chaque fournisseur d’indices a son approche. Je ne sais pas s’il faut tilter un portefeuille en faveur des small caps, mais je suis certain qu’il faut être exposé aux small caps. Un indice mondial tous pays cap-weighted est une bonne base de départ.

      • Alain

        Merci pour votre réponse. L’ennui, c’est qu’un ETF UCITS tous pays cap-weighted, comme SPDR MSCI ACWI IMI par exemple, coûte presque le double de frais (40 bps) par rapport à un « combo » d’ETF iShares MSCI World + MSCI EM IMI + MSCI Small Cap World. On attend avec impatience un produit unique à bas coût pour le portefeuille diversifié avec 2 ETF évoqué cette semaine !

        • Philippe Maupas, CFA

          Oh que oui ! On n’a pas encore en Europe le niveau de prix des Etats-Unis. Ca finira bien par venir. Il manque également des ETF actions small caps value.

  2. Parfois il est préférable de faire simple au plus simple et de commencer par le plus important.

    Le plus important me semble la composition du portefeuille que l’on a souvent appelé allocation d’actifs mais qui prend des formes très variées en réalité. Les fonds indiciels me semblent être le reflet d’une attention portée de manière prépondérante à l’allocation plutôt qu’à la sélection. Cette approche me semble à prôner même si le diable est toujours dans les détails.

    En ce qui concerne les small caps, il est délicat de les définir, de tenir compte du turnover inclusion/exclusion par le bas et par le haut et des coûts de transaction associés, de l’effet de diversification contrarié par la taille des lignes et la liquidité des titres…la concentration de « l’effet small caps » dans les titres value (enti-growth) et micro caps….

    Toutefois, si l’on est dans un schéma d’allocation du portefeuille, il me semble que la leçon simple est de choisir les indices les plus larges possibles incluant les small caps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *