6 Comments

  1. Bretville

    Bonjour et meilleurs voeux.
    Sui j’étais assureur je serais littéralement dans mes petits souliers avec l’affaire H2O. Comme vous le rappelé les UC appartiennent légalement à l’assureur ( et leurs performances à l’assuré ). Je puis affirmé pour l’avoir vécu à plusieurs reprises que le choix de la part d’un assureur d’integrer ou pas telle ou telle uc dans son offre ne fait à aucun moment rentrer l’intérêt de ses clients en ligne de compte que ce soit au niveau allocation ( répartition fonds en euro vs uc , au max pour tous le monde tant que possible ) que selection ( = cocktail de max retro , max track record court terme et copinage ). Le tout sera préconisé par des manager, obscur actuaire voir le dg himself aux compétences tres éloignées des marchés financiers et de l’expertise patrimoniale nécessaire pour ce type de mission. Si les décisions de referencement de ces uc ne se font pas faites au niveau de compétences internes adéquates ( equipes d’investissement / gestion financière) c’est bien la preuve que ces compétences ne rentrent pas en ligne de compte pour le choix des uc mais que ce sont bien les intérêts supérieurs de l’assureur qui sont en jeu en l’occurrence la maximisation de son resultat court terme. On comprend ainsi mieux le mutisme embarrassé de nos amis face au fiasco h2o. Impossible d’avouer pourquoi ils se retrouvent aujourd’hui collés pour taille comme des idiots avec les parts d’une société morte vivante ( interessant de voir l’acceleration des retraits apres le 31/12 ). Pour les porteurs , le défaut de conseil est tout a fait plaidable et prouvable de même que le conflit d’intérêt. Peut-être que le ou les procès à venir permettront a terme de corriger ces abus via des changements de réglementation urgentissime.

    • Philippe Maupas, CFA

      L’assureur ne donnant pas de conseil et n’ayant pas de devoir de conseil, il me semble délicat de lui imputer un défaut de conseil. C’est à l’intermédiaire (courtier en assurances) qu’on pourrait éventuellement reprocher un défaut de conseil. De toute façon, il faudra attendre la vente de tous les actifs logés dans les side-pockets pour évaluer les dommages (éventuels), cette affaire va donc traîner encore longtemps.

      • Bretville

        Le conseil est implicite dès que l’architecture est fermée de mon point de vue. Si dans un univers de 10 fonds je ne vous en propose que 5 je vous donne un conseil. Il me semble

  2. Bretville

    Les Cassandre anti gestion indicielle
    Juste une remarque quant à l’affirmation que les gestion indicielles ont passé le test. Malheureusement on est dans un cas typique. La parole, l’analyse, la vue d’un journaliste culinaire aussi informé et compétent soit-il n’est pas du niveau de detail, de véracité et je le dit d’objectivité ( parcequ il faut bien vendre son journal et de la pub pour manger. Surtout celle de blackrock ) que celle d’un pro de la cuisine dont c’est le métier et qui est lui confronté au quotidien à la réalité de son métier a la différence de notre journaliste ( meme du ft ) qui doit depoter sur de nombreux thèmes. Ceci étant dit , si ce journaliste avait été sur les marchés en mars 2020 il se serait rendu compte qu on est passé a deux doigts d un vrai sujet systémique. En effet regardez certains jours de mars si vous vouliez vendre des etf en intraday ( c est tt l’interet d’un etf ) vous vous retrouviez face a des AP ( autorized participants ou teneur de marché autorisés ) sensés faire la liquidité a tout moment, qui vous appliquaient des discounts de plusieurs centaines de points de base par rapport au prix reel du sous jacent ( somme des composants valeur par valeur ). En gros si vous vouliez vendre du cac a 3500 spot , le market maker vous cotait lui 3300 en toute détente. Autant dire qu’avec ce type discount la liquidité intraday d’un etf n’est qu’illusion comme malheureusement l’objectivité des journalistes sur certains sujets dont les etf , l’immo et tous les gros annonceurs de vos canards préférés.

    • Philippe Maupas, CFA

      C’est exact. Mais pas sur les indices actions grandes capitalisations, plutôt sur les indices obligataires (high yield notamment).

      • Bretville

        Sur les actions grandes cap également. La liquidité intraday sur ces dernières etant elle aussi tres faible . « Tout » se fait a la close comme sur tous les etf et la liquidité sur les grandes valeurs est elle aussi famélique pour un instit gérant plusieurs 100aine de millions s’entend. Alors imaginez vous market maker en mars 2020 et qu un porteur souhaite vous vendre 200M sur un etf cac. Faite le test deja en marché normal vous serez édifié de l écartement de la
        Fourchette . Personne ne veut le dire mais le risque est là. Qui est responsable pour le manque de liquidité ? J’aurais tendance a dire Blackrock et autre provider ETP ( comme h2o l’est pour ses fonds quand une partie de ses positions sont inpricable car il n y a tout simplement pas de marché a un prix rationnel du moins et que le client ne peut pas sortir a moins de se manger -30% supplémentaire).
        Et là on touche au systemisme gigantesque de ces acteurs. H2O laboratoire du nouveau risque systémique. Je m’envole en perf , je lève, les aum rentrent au top , un de mes etf freeze un jour avec pkoi pas side pocket et la tous le monde veux récupérer ses billes en même temps sur tous mes produits. Je n aimerais pas etre market maker ce jour là

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.