4 Comments

  1. Jean-Francois BOUILLY

    Je me permets de ne pas etre d’accord à propos des GIPS et du TRI. Cela a même été une interdiction. C’est possible depuis le version actuelle dite « 2020 » à la condition que le gérant maitrise (et non subisse) les cash-flow. Je suis néanmoins d’accord sur le fond et sur la critique de la methodologie mais je n’en connais pas de parfaite…..

      • Jean-Francois BOUILLY

        Désolé de m’etre mal exprimé….
        L’usage et la présentation du TRI était interdit jusqu’à cette année. Les nouveaux standards GIPS 2020 permettent le TRI (ou « money-weighted returns » à la place des « time weighted returns ») sous certaines conditions dont la plus importante est que le gérant décide des cash-flows.
        Il n’en reste pas moins vrai que la presentation des performances est un sujet disons « interessant » (et souvent révélateur d’une forme d’éthique, ou de son absence!)

  2. MichDin

    Et pourtant les controverses étaient nombreuses sur Wirecard, une approche des notes ESG aurait donné un éclairage bienvenu sur le titre… Le pilier G est souvent moins marketté que le E et peut sur des horizons très courts etre tres pertinent (renault egalement…)

    Pour les parts H2O … la reprises de commissions de surperformance peut expliquer ce type de décalage… et il faudra fouiller profond dans un univers opaque.
    Merci de tes éclairages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.